AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexionGroupesFAQ

Partagez | 
 

 [Multi] Tokyo Xanadu

Aller en bas 
AuteurMessage
BlackBelt

avatar

Masculin
Messages 1744
Âge : 30
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: [Multi] Tokyo Xanadu   Jeu 12 Avr 2018 - 18:34

Histoire de terminer notre chapitre PS Vita avec honneurs et paillettes, voici une petite prose au sujet de Tokyo Xanadu, un excellent titre ayant d'abord vu le jour sur cette machine. Very Happy


Tokyo Xanadu est une toute nouvelle licence PS Vita du studio Falcom, qui a mis un bon moment, (plus de 3 ans je crois), à quitter la case Japon. Il a été beaucoup comparé à la série des Persona, en raison de son système de jeu qui semble assez similaire, entre simulation de vie de lycéen et aventure secrète par alter-égo interposé. J’ai donc souhaité le vérifier par moi-même en le prenant en soldes.

Kô est un lycéen ordinaire qui passe son temps à alterner entre l’école et les petits boulots. Assez quelconque et dépourvu de passions, il vit avec le souvenir du méga-séisme qui ruina Tokyo 10 ans auparavant. Ce même jour où il vit une grande marque rouge dans le ciel. Souvenir qui ne tardera pas à le rattraper, car son amie d’enfance Shiori disparaît un jour dans une mystérieuse faille. Une certaine Asuka lui révèle alors l’existence de forces noires dans une dimension parallèle, qu’ils sont tous les deux aptes à combattre. La catastrophe 10 ans avant n’était pas un séisme, et Asuka et Kô devront tout faire pour éviter que cela ne se reproduise. Et bien évidemment, tout en donnant le change dans la société civile du quotidien.

Comme déjà annoncé plus haut, Tokyo Xanadu suit un schéma quasiment identique à celui des Persona. Le jeu est séparé en plusieurs phases qui reviennent à intervalles réguliers : histoire principale, donjon et quartier libre consacré à la préparation. La narration est très bonne et chaque chapitre présente et approfondit un nouveau personnage, exactement comme dans une bonne série animée. Ce développement de la narration fait qu’il n’y a pas vraiment de mauvais personnage. Chacun a son rôle et trouve sa place dans l’histoire. Les histoires parallèles sont toutes intéressantes et même parfois émouvantes, même si certaines m’ont davantage laissé froid. Sans pour autant atteindre la maestria et la méga-claque reçue avec Persona 5, le jeu est suffisamment riche en suspense et en émotions pour intéresser le joueur. Il y a également une dimension tragique non négligeable, notamment la fin si on n’obtient pas la True Ending.

Les moments de loisir permettent notamment d’aller et venir dans les quartiers d’une ville imaginaire, ainsi que dans les donjons annexes pour rassembler les matériaux nécessaires à l’amélioration de votre équipement. Mais également approfondir vos relations avec les autres personnages. On pourra aussi s’intéresser aux différentes quêtes annexes proposées par les PNJ. Si beaucoup demandent d’aller chercher un objet X perdu dans une dimension parallèle ou de ramener 20 tofus et 50 ramens, d’autres proposeront davantage d’originalité. Par exemple trouver un personnage bien précis dans la ville, ou aider le club de cinéma dans un tournage.

On ira également comme Mr tout le monde chez le boucher ou le primeur pour acheter des ingrédients, car la cuisine est présente dans le jeu. Chaque personnage a ses plats de prédilection et il faudra bien choisir son cuistot pour garnir le menu de plats en mesure de soigner efficacement. Et Tokyo Xanadu n’oublie pas les mini-jeux, car la pêche et le jeu de cartes font acte de présence dans le quartier de divertissements, même si ils sont cependant assez dispensables.

Les combats sont ceux d’un action-RPG classique de type Kingdom Hearts ou Final Fantasy Type-0. On dispose d’un combo de base, d’une attaque chargée et d’une attaque à distance qui peut également être aérienne. On peut embarquer trois personnages dans les donjons, le principe étant généralement de les échanger au bon moment pour profiter de la faiblesse élémentaire de l’ennemi. D’autre part, les huit personnages ont des styles de combat assez différents, ainsi qu’une arme aux propriétés uniques. Asuka est la copie carbone de l’épéiste de JRPG avec ses mouvements percutants, alors que Kô se distingue par son épée-serpent à l’allonge plus confortable. Sora est un concentré de vitesse et de puissance, alors que Shio est plus lent avec des coups lourds qui couvrent de grandes zones. Et le personnage le plus intéressant est sans doute Mitsuki, la présidente du bureau des élèves qui peut déployer un bouclier à la fois offensif et défensif. Voilà pour la théorie, mais Tokyo Xanadu ne transforme pas vraiment l’essai dans la pratique en raison de la difficulté trop basse. Les monstres ne sont pas assez nombreux, pas assez résistants, souvent trop lents… ce qui gâche un peu les sensations de jeu, car le joueur n’est jamais encouragé à exploiter le système de jeu avec davantage de finesse et de réactivité. La lenteur des ennemis est particulièrement en faute : on a souvent le temps de rentrer un combo complet entre le moment où le nom de l’attaque apparaît et le moment où elle est exécutée. x) Et l’attaque chargée de Sora pulvérise n’importe quel opposant en 5 secondes. On notera cependant que les boss sont beaucoup plus corsés en mode Difficile, ce qui permettra de récupérer un peu de challenge bienvenu mais trop rare.

Les donjons sont plutôt linéaires, avec un level design classique qui se résume un peu trop souvent à du couloir cloisonné. Et ça manque un peu de folie et de profondeur. Mis à part quelques interrupteurs et rares énigmes, le jeu aura surtout tendance à garnir les murs de pièges en tous genres pour diminuer vos HP. L’habileté du joueur est donc mise à l’épreuve, ce qui pimente un peu la progression.

Les armes utilisent également un système de petites sphères Master Quartz qui rappellent beaucoup les matérias de Final Fantasy VII : elles sont à placer sur une grille qui représente le Soul Device et pourront booster certains attributs comme les HP, l’attaque, la défense, etc... mais également donner des capacités spéciales comme absorber les HP de l’ennemi, doubler les dégâts quand on est full-HP… Et on peut à terme améliorer la grille pour bénéficier de capacités passives déterminantes : résister à un KO, soigner son partenaire ou encore enchaîner son X-Strike avec lui.

Techniquement, le développeur a bien travaillé sur ce Tokyo Xanadu avec une modélisation très réussie pour la console et une charte graphique très agréable. Mais c’est surtout l’animation qui impressionne et le jeu est d’une fluidité exemplaire, ce qui est remarquable compte tenu du support nomade de la PS Vita. La bande son est également à l’image du jeu, avec ses poussées grandiloquentes et ses passages plus calmes et posés pendant les séquences plus zen. Du très haut niveau dans l’ensemble.

Pour conclure, Tokyo Xanadu est un JRPG très agréable dans la forme et le fond. Sans égaler le modèle Persona dont il s’inspire, la mise en valeur des personnages est la marque d’un bon JRPG. Sa seule erreur est de ne pas avoir pu proposer un challenge à la hauteur du reste. Mais il s’agit cependant d’un excellent premier essai, pour une nouvelle licence dont j’espère que Falcom va annoncer une suite prochainement.

À noter qu’une version améliorée a récemment été commercialisée sur PS4 et Steam sous le nom de Tokyo Xanadu eX+. Donc si le jeu vous intéresse, vous n’avez pas vraiment d’excuse.

Verdict : Final en beauté


_________________


- A Nintendo NX Carol.
- Starring Ebenezer Kimishima, Reggie Marley and Shibata Cratchit.
- Available : someday... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Multi] Tokyo Xanadu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZELDA PLAYER :: Autour du jeu vidéo :: Autres jeux-
Sauter vers: